Le plancher pelvien : qu’est-ce que c’est et comment cela affecte-t-il la vie d’une femme ?

Bien-être 19 mai 2021

Le plancher pelvien : qu’est-ce que c’est et comment cela affecte-t-il la vie d’une femme ?

  1. Quand a-t-on un problème de plancher pelvien ? Quelles sont les conséquences ?
  2. Hypotonie du plancher pelvien
  3. Hypertonie du plancher pelvien

 

Mon amie, tu ne sais pas combien de femmes n’ont pas la moindre idée de ce que c’est, et pourtant, dans les conversations sans fin qui sont générées sur nos médias sociaux, c’est maintenant un sujet régulier.

 

Le plancher pelvien, souvent méconnu de nombreuses personnes, est un ensemble de muscles situés entre les os du bassin, ou dans la cavité pelvienne. (en correspondance des os qui constituent, en fait, le bassin).


Parlons-en !

Laissez-moi vous expliquer plus en détail à quoi sert le plancher pelvien et pourquoi il mérite votre attention (je vais énumérer quelques drapeaux rouges dans lesquels vous pourriez vous reconnaître).

 

Commençons par sa fonction.


Imaginez un berceau: les muscles du plancher pelvien se développent de l’os pubien jusqu’au coccyx (le dernier os au bas de la colonne vertébrale) et servent ainsi de support aux organes pelviens (vessie, utérus, vagin, anus et rectum).

 

 

Je parle de soutien parce que sans le plancher pelvien, nous serions complètement incontinents et tous les organes pelviens se détendraient tellement qu’ils sortiraient de la cavité dans laquelle ils sont contenus.


En bref : un désastre TOTAL !

 

La partie la plus profonde du plancher pelvien, qui soutient la vessie, l’utérus et le rectum, est l’élément le plus important du bien-être d’une femme.

 

En fait, ses muscles travaillent énormément pour nous assurer :

  1. lacontinence urinaire et fécale. Sans elle, nous ne serions pas capables de retenir notre urine ou nos excréments ;
  2. lastatique pelvienne, évitant ainsi le prolapsus des organes supportés (c’est-à-dire la sortie des organes de leur emplacement nature).
    En d’autres termes, la vessie, l’utérus et le rectum doivent rester à leur place, même après toutes les contraintes qui viennent d’en haut et malgré la force de gravité.
    Par exemple, chaque fois que vous toussez, éternuez, chantez, vous levez, vous asseyez, soulevez des poids, il y a expansion des poumons, le diaphragme s’abaisse et pousse sur les organes internes. Pour éviter d’endommager les organes pelviens, les muscles pelviens effectuent une petite contraction puis un relâchement ;
  3. leplaisir sexuel.

 

Quand a-t-on un problème de plancher pelvien ? Quelles sont les conséquences ?

 

Au cours de la vie d’une femme, certains événements peuvent contribuer à altérer la fonction du plancher pelvien.

 

Les traumatismes directs ou indirects, les interventions chirurgicales, la grossesse, l’accouchement, la ménopause ou un état de tension permanent sont autant de facteurs susceptibles de modifier l’état normal du plancher pelvien.

 

Selon la cause, les muscles du plancher pelvien peuvent être trop contractés (hypertone) ou trop relâchés (hypotone), ce qui constitue un dysfonctionnement du plancher pelvien.

 

Un dysfonctionnement du plancher pelvien peut être diagnostiqué après une évaluation minutieuse par un physiothérapeute ou une sage-femme spécialisée dans la rééducation du plancher pelvien.

 

STOP !

 

Souvent, j’entends dire « mais je ne ressens rien d’étrange » ou « je ne pense pas que ce soit mon cas ».

 

Ma chère amie, on ne peut pas se fier à l’instinct : la dysfonction du plancher pelvien est un sujet sérieux et nécessite VRAIMENT l’aide d’un spécialiste !

 

Hypotonie du plancher pelvien

 

Un plancher pelvien trop détendu génère deux phénomènes majeurs : le prolapsus et l’incontinence.

 

D’un point de vue gynécologique, l’utérus, la vessie et le rectum pourraient « bouger » de leur siège, simplement parce qu’ils ne sont pas soutenus de manière adéquate par les muscles du plancher pelvien.

 

Pour ne pas être en reste, notre capacité à atteindre l’orgasme pendant les rapports sexuels peut également être altérée par une diminution de la sensibilité.

 

Du point de vue des voies urinaires, l’hypotonie du plancher pelvien entraîne l’incontinence :

  1. par le stress, lorsqu’elle apparaît à la suite d’une pression abdominale (après un éternuement, en courant, en sautant, etc…) ;
  2. par l’urgence, quand ilest accompagné d’une très forte envie de faire pipi ;
  3. sous forme mixte.

L’incontinence et le prolapsus peuvent, dans les cas les plus malheureux, affecter également la zone rectale.


Que faire avant que l’hypotonie ne vous gâche la vie ?

 

Avec l’aide du spécialiste, les muscles seront renforcés par des exercices dits de Kegel, qui impliquent une série de contractions musculaires ciblées.

 

Attention : ne jamais commencer seule !

 

Hypertonie du plancher pelvien

 

Lorsque l’on constate une hypertoniedu plancher pelvien, causée par une suractivité musculaire, il peut se produire :

  • des situations de douleur pendant les rapports sexuels(dyspareunie), tant à un niveau plus superficiel lors de la pénétration, que plus profond. L’entrée du vagin, en effet, devient plus étroite à cause de l’hypertonie ;
  • des problèmes rectaux, tels que la constipation, la difficulté à évacuer les selles et les douleurs anales ;
  • Fatigue dans l’expulsion de l’urine, due à la difficulté de détendre les muscles ;
  • épisodes de cystite post-coïtale qui se produit 24 à 72 heures après le rapport sexuel.

L’hypertonie du plancher pelvien ne s’accompagne pas nécessairement d’une douleur constante.

 

La douleur, en effet, peut apparaître même des années après l’origine de la contracture, avec le début d’une activité sexuelle régulière, ou avec l’arrivée de la ménopause. La douleur peut toucher la zone vaginale, la zone rectale et/ou la zone sus-pubienne.

 

En général, les symptômes qui peuvent être des signaux d’alarme sont les suivants:

  • présence de zones musculaires tendues, raides et douloureuses (appelées trigger points) ;
  • troubles de la miction et de la défécation (sensation de non-vidange ou besoin de pousser) ;
  • réduction de l’orgasme et/ou de l’excitation pendant les rapports sexuels ;
  • gêne locale en position assise ;
  • des symptômes de type cystite(fausses cystites).

 

La rééducation d’un plancher pelvien contracté se fait par le biais de :

  1. diverses thérapies visant à éliminer les contractures les plus profondes ;
  2. l’éducation de la personne à percevoir la relaxation des muscles ;
  3. la réalisation des exercices d’auto-massage et de posture.

Y a-t-il quelque chose à quoi vous pouvez faire attention vous-même, une fois que vous avez reçu le diagnostic de contracture du plancher pelvien ?


Absolument OUI !

 

1) S’ASSEOIR CORRECTEMENT
Lorsque vous êtes assise, il est bon d’éviter de prendre une mauvaise position, d’appuyer sur le coccyx ou de s’asseoir sur le bout de votre chaise, et de croiser les jambes.
Essayez de vous tenir droite, de poser vos pieds sur le sol et d’alterner la position assise et le mouvement (même une petite promenade peut faire la différence).

 

2) BIEN CHOISIR SON ACTIVITÉ PHYSIQUE
Évitez la course à pied, le vélo et les activités physiques qui entraînent un renforcement musculaire (c’est-à-dire les disciplines qui vous obligent à contracter vos muscles).

 

3) S’ÉQUIPER DE VÊTEMENTS ADAPTÉS
Éliminez les vêtements qui serrent et préférez les vêtements amples. Le soir, débarrassez-vous autant que possible de vos vêtements.

 

4) SI VOUS SOUFFREZ DE CYSTITE POST-RAPPORT SEXUEL
Utilisez un bon gel lubrifiant pendant les rapports sexuels pour faciliter la pénétration. Ensuite, suivez toutes les directives pour empêcher l’apparition de cystites après chaque rapport sexuel.

 

Je veux être ennuyeuse, mais utile.

 

Pour conclure ce bref voyage dans le monde du plancher pelvien, je voudrais énumérer toutes les raisons pour lesquelles, si vous vous êtes reconnue dans l’un des exemples que j’ai mentionnés, il serait bon de faire appel à une personne compétente pour faire une première évaluation de votre plancher pelvien.

 

Avec l’aide de professionnels, vous apprendrez :

  • le véritable état d’être de votre plancher pelvien : vous saurez exactement où il se trouve, comment sont vos muscles, vous apprendrez à les connaître, à les « sentir » ;
  • les mouvements à éviter à tout prix et ceux qui peuvent être bénéfiques pour vous ;
  • pour vous former, avec un parcours spécifique construit autour de vos besoins ;
  • pour donner à votre réhabilitation le bon timing.

 

 

Je pense avoir tout dit, mais si vous avez d’autres questions, moi et les autres filles de Dimann sommes disponibles pour vous répondre!

 

 

A très bientôt,

 

 

police-signature

On vous a aidé ?

Articles connexes