Bactéries sensibles au D-mannose Puro

Bien-être 19 mai 2021

Bactéries sensibles au D-mannose Puro

 

  1. Bactéries : Qu’est-ce que le D-Mannose Puro
  2. Bactéries sensibles au D-Mannose Puro: Gram-positives et Gram-négatives
  3. Bactéries sensibles au D-mannose Puro : quelles sont-elles ?

 

Salut mon Amie,

 

Le travail de détective exige de l’intuition, de la perspicacité, de l’impartialité : il cherche à voir au-delà des faits et ne s’attarde pas sur la vérité première ni ne s’en contente.

 

Enquêter, comprendre et découvrir sont les vêtements que le détective porte au quotidien. 🔍

 

Qu’est-ce que cela a à voir avec votre lecture ?

 

Dans cet article, nous allons nous comporter comme des détectives, prêts à débusquer les bactéries qui déclenchent votre cystite et qui peuvent être éliminées par le D-mannose Puro. Nous les trouverons et en ferons un portrait afin de ne plus être prises au dépourvu.

 

Résolvons l’affaire.🕵️♀️

 

 

Ah, écrivez-moi si vous avez des doutes !

 

 

Bactéries : Qu’est-ce que le D-Mannose Puro

 

Comme première preuve, nous avons le D-mannose Puro.
Mmmh … mieux décrire ses traits caractéristiques : nous devons comprendre ce que fait réellement « Monsieur D-mannosio Puro ».

 

Le D-mannose Puro est un sucre simple qui est extrait directement de l’écorce de bouleau, la source la plus précieuse et de la plus haute qualité. 🌺

 

Son rôle est de s’accrocher aux « pattes » des bactéries et de vous permettre de les excréter dans votre urine. Il n’endommage pas la vessie et ne crée pas de soi-disant résistance bactérienne !

 

Un très bon profil je dirais…🧐

Allons-y !

 

 

Bactéries sensibles au D-Mannose Puro: Gram-positif et Gram-négatif

 

Nous devons maintenant comprendre quelles sont les bactéries qui envahissent votre vessie et provoquent la cystite avec tous ses symptômes gênants.
Il est impératif de les trouver !

 

Nous avons un indice : les bactéries se répartissent en deux grandes familles; il existe des bactéries dites àGram-négatif et des bactéries à Gram-positif.

Nous allons découvrir cela ensemble.😘

 

La division entre ces deux catégories découle de la technique d’analyse, en 1884, du bactériologiste danois Gram et dépend de la coloration différente que prennent les bactéries.

 

Lacoloration de Gram est une méthode de laboratoire qui est utilisée pour classer principalement les bactéries en fonction de leur structure et des caractéristiques de leur paroi.🤓

 

Il s’agit d’un test très utilisé pour distinguer les bactéries présentes dans un échantillon et pour classer leur niveau de résistance aux antibiotiques.

 

Deux groupes différents, des personnalités différentes et des façons différentes de les combattre, mais nous trouverons les coupables !

  • Bactéries àGram positif: ce sont les bactéries qui, après analyse en laboratoire, sont positives à la coloration et conservent une coloration violette ou bleue. Leur paroi cellulaire est homogène, épaisse et solide. Ils se considèrent généralement comme moins dangereux que leurs amis de l’autre groupe et sont plus sensibles au traitement.
  • Bactéries àGram négatif: ce sont les bactéries qui subissent une décoloration, présentant une couleur tirant sur le rose. Il s’agit d’un noyau plus résistant et plus complexe, caractérisé par une membrane externe consistante (un bouclier protecteur supplémentaire et composé, à son tour, d’une double couche) et une paroi cellulaire plus fine.

Ces deux familles de bactéries peuvent déclencher des infections urinaires : des micro-organismes qui peuvent vivre aux dépens d’autres organismes, provoquant ainsi des cystites.🥺

 

Ils sont juste rusés et odieux !

 

 

Bactéries sensibles au D-mannose Puro: quelles sont-elles ?

 

Eh bien, faisons le point : un bon détective doit savoir jouer les cartes qu’il détient, se déplacer intelligemment pour trouver les coupables !

 

Nous avons un allié et un complice, le D-mannose Puro et un indice sur leur provenance.
Coup de théâtre 💣

 

nous avons déjà un coupable : l’Escherichia Coli, de la famille des Gram-négatives.

 

Interrogeons-le pour qu’il nous dise le nom des « parents impliqués » qui provoquent des infections urinaires…..

 

…il a avoué, les voilà :

 

– KLEBSIELLA
Il s’agit d’une bactérie àGram négatif normalement présente dans la muqueuse de notre tractus intestinal, qui devient un coupable dès qu’elle atteint la vessie.

 

La Klebsiella est présente presque partout et se transmet facilement d’une partie à l’autre car elle peut coloniser astucieusement de nombreux environnements.

 

Vous pouvez être amenée à les côtoyer de manière désagréable en milieu hospitalier, pendant une opération ou après des traitements antibiotiques invasifs. D’autres situations peuvent faciliter l’infection par Klebsiella : système immunitaire affaibli (diabète), traitements antérieurs inadéquats ou autres maladies concomitantes.

 

– SALMONELLE
Toujours dans le groupe à Gram-négatif, elle se transmet principalement par l’ingestion d’aliments ou de boissons contaminés (eau non potable).

 

La contamination des aliments peut se produire au moment de la production, pendant la préparation ou après la cuisson en raison d’une mauvaise manipulation de l’aliment (elle est principalement présente dans les œufs et la viande de porc). 🙆♀️

 

– SHIGELLA
Bactérie à Gram négatif, dont l’infection se produit, avant tout, par contact avec les matières fécales.

 

Par exemple, en changeant une couche et en ne se lavant pas soigneusement les mains, ou lors d’une toilette négligée : l’hygiène intime est toujours très importante !

Mais on peut aussi le rencontrer en nageant dans des eaux impures.

 

Nos coupables nous ont alors avoué, qui sont les autres : ceux de la famille à Gram-positif. 🕵️♀️
On les a coincés !

 

– ENTEROCOCCUS
Bactérie à Gram positif qui fait naturellement partie de notre flore intestinale et à partir de laquelle elle peut se propager et proliférer en provoquant des infections, notamment urinaires.

 

Les personnes âgées ou celles dont le système immunitaire est faible, celles qui sont hospitalisées ou qui utilisent des cathéters vésicaux sont plus susceptibles de rencontrer l’Enterococcus.
Vous devez mettre cette bactérie en prison !

 

– STAPHYLOCOQUE
Identifié comme à Gram-positif, il entre en relation avec nous (pas une relation bien intentionnée) par contact physique. Les coupures, les blessures et le sang, augmentent les chances de nous en faire un ennemi.😮
Malheureusement, on en trouve aussi sur des objets que nous utilisons (ex : téléphones, télécommandes, poignées de portes et boutons d’ascenseurs).

 

 

Enfin, Monsieur D-mannose Puro, notre cher ami complice, nous a dit qu’il est capable d’attaquer même les bactéries les plus résistantes (même si avec une dose initiale double, par rapport à la dose standard) telles que le :

 

– PROTEUS MIRABILIS
Il appartient à la famille la plus puissante, celle àGram-négatif, et nous l’avons couramment dans nos intestins. Il est mauvais et, lorsque sa prolifération se produit, il atteint notre vessie.

 

La Proteus Mirabilis peut résulter de traitements répétés avec des antibiotiques ou des médicaments, de l’utilisation de produits agressifs, de cathéters ou d’établissements de soins.

 

 

Bravo, nous avons conclu notre affaire.💪

 

Je vous invite à mener une autre enquête, si vous le souhaitez, en lisant notre article sur le traitement de la cystite bactérienne et en découvrant notre kit !

 

 

Vous avez été une partenaire formidable et si vous avez des doutes, envoyez-moi un message. ❤️

 

 

 

Je vous embrasse,

 

 

 

calligraphy-fonts

 

 

 

 

On vous a aidé ?

Articles connexes