Cystite en hiver : comment la prévenir ?

Cystite en hiver
Prévention 19 mai 2021

Cystite en hiver : comment la prévenir ?

  1. Cystite en hiver : pourquoi le froid augmente-t-il le risque ?
  2. Cystite en hiver : quels comportements à surveiller ?
  3. Cystite en hiver : comment la prévenir ?

 

Cystite en hiver, cystite en été, cystite qui survient toujours lorsque vous avez un événement important (peut-être avec beaucoup de menstruations), cystite la nuit, cystite le jour.

 

On dirait vraiment que toutes les excuses sont bonnes pour avoir une cystite.

 

Il y a toujours un élément de risque à éviter, il y a toujours cette habitude dont vous ne saviez pas qu’elle était mauvaise et que vous devez corriger, il y a toujours quelque chose que vous ne pouvez pas expliquer et qui vous ramène inexplicablement dans la spirale de la cystite.


On dirait presque que rester enfermé chez soi est la solution la plus facile, n’est-ce pas ?


Vous êtes épuisée, je le sais très bien, mais la mauvaise chose à faire est de laisser la cystite limiter votre vie.

 

Si vous vous êtes rendue compte que vos cystites sont encore plus fréquentes en hiver, laissez-moi vous expliquer pourquoi le froid est un facteur de risque pour les cystites et ce que vous pouvez faire pour les prévenir.

 

On peut en parler en tête à tête maintenant ou vous pouvez lire le reste de cet article toute seule 😉.

 

Cystite en hiver : pourquoi le froid augmente-t-il le risque ?

 

 

1. Faites attention au chauffage

 

L’hiver : on l’aime ou on le déteste, n’est-ce pas ?

 

Personnellement, je le DÉTESTE.

 

Mais il y a peut-être une chose sur laquelle tout le monde s’accorde : lorsqu’il fait froid dehors, l’idée de se blottir sous une couverture, avec le chauffage ou le feu allumé, est incomparable, n’est-ce pas ?

 

Une vérité étrange dans cette bulle de confort est que le chauffage peut avoir un effet négatif sur votre cystite.

 

Oui, vous avez bien lu !

 

Les systèmes de chauffage peuvent rendre l’air que nous respirons sec et aussi « assécher » un peu tout notre corps : notre peau, nos yeux et nos muqueuses (les membranes qui recouvrent l’intérieur de certains organes, comme la vessie).

 

Ainsi, les muqueuses de la vessie, qui sont plus sèches que d’habitude, sont plus susceptibles d’être endommagées par des bactéries ou d’autres agents irritants, et la cystite peut être plus facilement déclenchée..

 

J’ajouterais à cela un détail non négligeable : les vêtements d’hiver. Plus la matière de ce que vous portez est synthétique, plus vous créez l’environnement idéal pour la reproduction des bactéries : chaud et humide.

 

Veillez donc à porter des vêtements confortables, chauds mais RESPIRANTS pour réduire ce risque également !

 

 

2. Sensibilisation des voies urinaires

 

Vous connaissez le moment où le froid arrive et où vous avez l’impression d’avoir envie de faire pipi plus souvent ?

 

C’est le froid qui sensibilise les terminaisons nerveuses de vos reins et de votre vessie.
Ce processus de sensibilisation signifie également que la vessie et les reins sont plus vulnérables aux infections.

 

 

3. Le système immunitaire sous pression

 

Avec plus de microbes circulant en hiver, votre système immunitaire est sans doute déjà un peu plus sollicité.

 

Ajoutez à cela le fait que notre vie en hiver devient définitivement plus sédentaire : le rythme cardiaque diminue, la circulation est plus lente et, par conséquent, les cellules immunitaires n’ont aucun moyen de veiller efficacement.

 

Bien entendu, la pression que subit le système immunitaire en hiver le rend moins apte à nous défendre contre les bactéries responsables de la cystite.

 

Le fait de passer moins de temps à l’extérieur et de s’exposer moins au soleil nous expose également à une baisse des taux de vitamine D.

 

La vitamine D est synonyme de bonne humeur mais soutient également le fonctionnement du système immunitaire.

 

Gardez donc un œil sur sa valeur pour éviter de vous retrouver en déficit.

 

Cystite en hiver : quels comportements à surveiller ?

 

 

4. Nutrition et hydratation

 

En hiver, il est inévitable, surtout à l’époque de Noël, que nous soyons plus que jamais tentés par les aliments réconfortants : sucreries, pâtisseries lourdes, un bon verre de vin, etc…..

 

Nousne nous en rendons peut-être pas compte, ou nous évitons d’y penser, mais nous ingérons du sucre, des graisses pro-inflammatoires, de la caféine, de l’alcool : bref, le cocktail parfait pour un désastre.

 

Enplus de solliciter le système digestif, nous courons le risque d’irriter les voies urinaires et cela ne nous aide certainement pas à freiner l’apparition de la cystite.

 

Ma chère amie, bien sûr que tu ne peux pas te limiter tout le temps – une friandise de temps en temps est un droit sacro-saint !

 

Essayez cependant toujours de faire pencher l’aiguille de la balance vers un régime conscient, en maintenant, autant que possible, des habitudes alimentaires correctes.

 

Attention également aux éventuelles intolérances alimentaires 😉 .

 

Unautre point sensible de l’alimentation est la quantité d’eau absorbée.

En hiver peut-être, étant moins actif et transpirant moins, la sensation de soif n’est pas aussi forte qu’en été.

 

Rappelez-vous cependant qu’il ne faut pas mourir de soif avant de songer à boire : 2 litres d’eau par jour sont indispensables (et ne peuvent être remplacés par des boissons, même sucrées).

 

Vous pouvez également préparer une tisane chaude à base de mauve, de prêle et d’herbe de blé, des ingrédients qui sont bons pour les voies urinaires.

 

 

5. Les habitudes dans la salle de bain

 

Avez-vous déjà repoussé le moment d’aller aux toilettes parce que vous devez enlever plusieurs couches de vêtements ?

 

Soyez honnête, personne ne connaîtra jamais la vraie réponse.

 

Sachez que plus vous retenez votre pipi, plus les bactéries présentes dans votre vessie ont le temps et les conditions pour se reproduire.
Faire pipi dès que vous en ressentez le besoin doit devenir votre priorité numéro 1 !

 

 

6. Rapports sexuels

 

En hiver, l’obscurité s’installe en début d’après-midi, les températures baissent considérablement et vous avez peut-être plus envie de vous réchauffer sous les couvertures avec votre partenaire.

 

N’est-ce pas ?

 

Desrapports sexuels plus fréquents peuvent augmenter le risque d’infection et/ou d’inflammation de la vessie.

 

La cystite dite de la lune de miel est certainement l’une des plus fréquentes chez les femmes sexuellement actives. Si vous ne l’avez pas encore fait, je vous suggère de lire tous les conseils pour éviter les cystites après un rapport sexuel, ou de me les demander directement.

 

Cystite en hiver : comment la prévenir ?

 

 

Ma chère amie, nous avons vu toutes les causes de la cystite en hiver et compris ensemble quelles étaient les habitudes à corriger.

 

Maintenant, vous vous demandez peut-être s’il existe un moyen de se sentir protégé des épisodes soudains de cystite pendant l’hiver.

 

La réponse se trouve dans les kits de prévention Dimann.

 

Qu’il s’agisse d’éviter les cystites bactériennes ou les cystites sans bactéries, les kits de prévention Dimann sont efficaces pour :

  • garder le système immunitaire de votre vessie fort ;
  • atteindre un équilibre de la flore bactérienne (indispensable pour que votre corps puisse se défendre).

 

N’oubliez jamais que vous pouvez m’écrire à tout moment pour obtenir des conseils personnalisés.

 

 

Passez un bon hiver,

 

 

police-signature

On vous a aidé ?

Articles connexes